Papillomavirus, 50 Organisations scientifiqueS Demandent une Vaccination Pour Tous…

Papillomavirus, 50 Organisations Scientifiques Demandent une Vaccination Pour Tous

“50 sociétés du domaine de la santé réunissant Académies de médecin, Collèges, Sociétés et Syndicats ont lancé le 20 mars dernier un appel à une meilleur vaccination universelle et gratuite du papillomavirus.“

(© Getty image)

En France, près de 6.300 cas de cancer sont causé par le papillomavirus humain (HPV). 2’900 nouvelles femme sont chaque années touchés par le cancer du col de l’utérus, suite à ce virus, alors que seulement 20% des jeunes filles sont vaccinées contre ce virus. Sexuellement transmissible, le papillomavirus infecte la peau ainsi que les muqueuses et concerne à la fois les hommes et les femmes, contrairement aux idées reçu. Un nombre plus fréquent de maladie génitale chez la femme à été constaté. Pour lutter contre cette maladie, un vaccin existe, mais est malheureusement peu utilisé.

C’est pour ces raisons que des officiers de la santé appellent à une vaccination gratuites à la fois pour les hommes et les femmes avec l’ « Appel des 50 » lors d’un communiqué de presse publié le 20 mars.

« Le papillomavirus est responsable de nombreux cancers et d’autres maladies touchant l’homme et la femme. Si la France a réalisé un premier pas avec la généralisation du dépistage du cancer du col de l’utérus, les sociétés médicales signataires, regroupées dans un collectif scientifique, insistent aujourd’hui sur l’urgence :
– d’organiser un dépistage efficace (accès, utilisation des tests HPV),
– d’augmenter la couverture vaccinale des populations déjà ciblées en rétablissant activement la
vérité scientifique et donc la confiance vis-à-vis de ces vaccins actifs et très bien tolérés,
– de lancer la vaccination universelle gratuite ou remboursée, sans distinction de sexe ou de risque, pour protéger filles et garçons, réduire les inégalités et participer, avec les autres pays,
à l’élimination des cancers HPV induits, en suivant la recommandation de l’OMS»  peut-on lire dans le communiqué.